A Montpellier quelle prise en charge du pied diabétique ?

2 min de lecture

A Montpellier, la prise en charge du pied diabétique reste une prise en charge pluridisciplinaire des plaies du pied pour augmenter les chances de cicatrisation.

Le pied diabétique est une complication particulièrement grave pouvant engager le pronostic vital du patient diabétique et témoigne souvent d’un diabète multicompliqué (1). 12 à 25% des patients diabétiques présenteront un pied diabétique au cours de leur vie, en particulier chez les patients en situation de précarité (1). Et si la prise en charge des plaies du pied a progressé ces dernières années, la prévention quant à elle pourrait être améliorée (1).

Le pied diabétique, une complication pouvant être à l’origine d’une amputation

Malgré une prise en charge optimale des patients diabétiques, certaines plaies ne cicatriseront pas et seront à l’origine d’une amputation.
En France, chaque année, ce sont près de 10 000 amputations qui sont dues aux complications du diabète, dont le plus grand nombre pourrait être évité par plus de prévention, un diagnostic précoce et des soins appropriés (2). Les données de suivi des personnes hospitalisées sont alarmantes puisqu’environ 50 % nécessiteront une nouvelle hospitalisation pour plaie du pied, 30 % pour une amputation de membre inférieur, et de 30 à 40 % décéderont (1).

Le facteur clé de succès est la prise en charge pluridisciplinaire des plaies du pied

A Montpellier, ville reconnue sur le plan national pour la prise en charge du pied diabétique, comme en témoigne l’organisation annuelle du Congrès du Pied Diabétique (3), le facteur clé de succès est une prise en charge pluridisciplinaire des plaies du pied. Cette prise en charge est associée à une augmentation des chances de cicatrisation, à une réduction de la durée d’hospitalisation et à une diminution du taux d’amputations majeures (1). Et bien au-delà de la prise en charge du diabète, celle-ci doit être globale avec une coordination entre le médecin traitant, le diabétologue, l’infectiologue, le radiologue, le chirurgien vasculaire, l’orthopédiste, le plasticien, parfois le gériatre, mais également l’infirmier, le podologue, le podo-orthésiste, l’assistant social et l’entourage familial (1).

Référence :

1. https://www.sfdiabete.org/sites/www.sfdiabete.org/files/files/QDM/qdm_juillet2018.pdf, consulté le 27/11/2020
2. https://www.federationdesdiabetiques.org/information/complications-diabete/pieds, consulté le 27/11/2020
3. http://united-endoc.fr/ledn-en-region/region-sud/montpellier/, consulté le 27/11/2020

En savoir plus …