Bien préparer le voyage en avion du patient ayant un diabète de type 2

20/08/2021

Les déplacements en avion et voyages des patients diabétiques de type 2 se préparent bien à l’avance. Il faut en effet que le patient anticipe les rendez-vous médicaux pour la gestion du diabète et des vaccinations, la visite du podologue, qu’il se renseigne sur les adresses des ambassades, hôpitaux ou centres pour diabétiques des endroits visités, sur les concentrations des insulines du pays de destination, sur les produits alimentaires locaux, les menus traditionnels et leurs équivalences glucidiques, ainsi que sur les exercice physique possibles sur place.

Au comptoir de la pharmacie, on conseillera l’achat d’une pochette isotherme pour les médicaments, en particulier l’insuline, et sur le petit matériel médical : coton et désinfectant, pansements hydrocolloïdes en cas d’ampoules, bandelettes adhésives de suture, pansements de différentes tailles, crème de soin pour les pieds, thermomètre, désinfectant pour l’eau ou filtre, spray antimoustique ou équivalent, crème solaire, antipaludéen si besoin…

Pour la gestion du diabète, le patient doit prévoir avec son médecin et son pharmacien les médicaments (antidiabétiques oraux, stylo à insuline et aiguilles, seringues avec aiguilles en cas de panne du stylo, insuline habituelle, insuline rapide, seringue de glucagon, pompe à insuline et cathéters de rechange, piles de rechange) et le matériel d’autosurveillance glycémique (2 lecteurs de glycémie avec piles de rechange, lancettes, bandelettes réactives, solution de contrôle, bandelettes urinaires) avec les quantités nécessaires pour la durée du séjour et bien au-delà, afin de faire face aux imprévus (perte ou vol, par exemple). Le médecin rédigera l’ordonnance correspondante en français au nom du voyageur, avec une période de validité adaptée. Il n’est pas obligatoire de traduire l’ordonnance dans la langue du pays visité ni de mentionner les DCI, mais cela permet de gagner du temps en cas d’inspection. De même, aucune carte ou certificat spécifique n’est requis pour justifier auprès d’autorités que le voyageur est diabétique ; mais c’est tout de même conseillé.

Un bagage en soute pouvant se perdre, il est conseillé d’emporter en bagage à mains tous les traitements et matériels médicaux nécessaires pour la durée du voyage. Depuis la réglementation européenne sur l’inspection des liquides des bagages cabine modifiée en 2014, les produits médicaux liquides et l’insuline sont des LAG (Liquides Aérosols et Gels) « essentiels à la personne » qui doivent être accompagnés de l’ordonnance. Le sac plastique transparent fermé n’étant pas obligatoire dans ce cas, ils seront placés dans une trousse qui sera retirée du bagage cabine avant l’inspection pour être présentés séparément. Signalons que Sofia, le service de l’Assurance maladie propose un guide d’accompagnement « Diabète et voyage » (1).

Par ailleurs, le voyageur doit vérifier à temps la couverture des frais de santé à l’étranger et contracter une assurance voyage et rapatriement. Sur son site internet, l’Assurance maladie informe sur les modalités de prise en charge et sur les démarches à effectuer (ameli.fr). Pour voyager dans un pays de l’Union Européenne (UE), le patient demandera une Carte européenne d’Assurance maladie. Hors UE, il existe des accords avec certains pays que l’on peut imprimer ; sinon il est recommandé de souscrire un contrat d’assistance ou d’assurance incluant le diabète, qui garantit le remboursement des frais médicaux. Enfin, s’il n’est pas obligatoire de déclarer son diabète auprès des agences de voyage ou des compagnies aériennes, on peut demander à l’avance un plateau-repas pour diabétique.

Véronique Canac

Assurance Maladie : Diabète et voyages. Mis à jour le 23 décembre 2013.
https://www.ameli-sophia.fr/diabete/mieux-vivre-diabete/vie-pratique/diabete-et-voyages/voyager-en-toute-securite.html

> Retour aux actualités