T-Rex : Retour d’expérience et plan d’actions

5 min de lecture

Le changement de paradigme à l’hôpital durant la crise sanitaire aura-t-il un impact sur les pratiques ?

C’est à cette question qu’ont commencé à répondre lors d’une webcast nationale, le 22 juin 2021, les acteurs du projet T-REX. Porté par un collectif de pharmaciens hospitaliers soutenu par la Société française de pharmacie clinique (SFPC), ce programme vise à capitaliser sur les retours d’expériences des équipes pharmaceutiques notamment durant la crise Covid en matière d’organisations et de pratiques managériales.

Le programme T-REX s’inscrit dans la continuité de recherches-interventions menées depuis plusieurs années sur le pharmacien manager qui se sont matérialisées dans des publications, puis depuis 2019 au sein du collectif de pharmaciens Thank Pharma (voir encadré) ont rappelé le 22 juin trois membres du comité de pilotage : Rémy Collomp, chef de pôle Pharmacie Stérilisation au CHU de Nice, Bénédicte Gourieux, chef de service gérant de la PUI du CHU de Strasbourg, et Marc Frachette, consultant-chercheur président de Cap O2, société de conseil et d’ingénierie du management.

L’industrie pharmaceutique a aussi dû faire face à certains défis dans le cadre de cette crise sanitaire. Le laboratoire MSD France s’est donc naturellement engagé à leurs côtés comme partenaire de ce projet pour mettre en miroir son implication auprès des pharmacies hospitalières.

Converger vers des pratiques managériales facilement mobilisables

T-REX vise à recueillir des données auprès d’établissements de toutes tailles, publics comme privés.L’objectif est de construire, à partir de ces retours d’expériences (REX), des plans d’action transposables dansdiverses structures/établissements. Pourquoi y a-t-il aujourd’hui nécessité d’améliorer les pratiquesmanagériales ? Pour Marc Frachette, qui travaille depuis 2009 sur un programme de recherche initié sur lescoopérations entre pharmacies et services cliniques, “le pharmacien est un ‘manager polyglotte’ au coeurd’actions transversales très complexes avec une multitude d’acteurs. Mais les approches du management sonttrès différentes selon qu’il s’agit de soignants issus de leurs écoles des cadres, de directeurs, avec leur écoled’administration, ou de médecins et pharmaciens encore assez peu formés en la matière. Dans le mêmetemps, la massification des organisations génère des coûts cachés astronomiques faute d’espaces decoordination (Henri Savall, Véronique Zardet, 2003).” L’idée de T-REX est de faire converger les choses versdes pratiques managériales facilement mobilisables sur le terrain.

Retours d’expériences et plans d’action

Première étape : réaliser un diagnostic organisationnel basé sur des REX. Deuxième étape : concevoir des plans d’action construits et collectifs. L’idée est de partir du collectif Thank Pharma pour “spiraler” de plus en plus largement. “Les périodes de crise ont l’avantage de pousser à réfléchir différemment, note Rémy Collomp. Et les freins au changement d’organisation sont moindres quand l’apprentissage se fait par les pairs. C’est l’idée de T-REX qui part de ce qui a déjà été testé par d’autres équipes pharmaceutiques.” Plus de 900 réponses ont déjà été reçues au cours de la première enquête réalisée lors de la première vague Covid, émanant aussi bien de pharmaciens, préparateurs, manutentionnaires que d’administratifs. Les résultats sont consultables sur le site de la SFPC. Une deuxième vague concernera la situation actuelle et les retours sur la vaccination.

“La mobilisation des équipes a constitué ‘le coeur du réacteur’ qui a permis d’agir, relève Bénédicte Gourieux. Nous avons constaté que la chaîne d’initiatives, la solidarité et la formation inter-secteur au sein de la pharmacie sont des éléments de réussite. Il faut maintenant continuer, rapprocher les organisations et favoriser l’interopérabilité des systèmes d’information.” Autre leçon tirée sur la fonction logistique : “Quand elle est bien organisée et perçue de façon stratégique, elle tient, même lorsqu’elle est en tension, poursuit-elle. Elle doit servir aujourd’hui une approche territoriale et en se déportant dans les unités de soins.” C’est d’ailleurs un enseignement de cette crise : toutes les équipes se sont rapprochées des soins critiques, relève Bénédicte Gourieux. Et cette tendance se poursuit. Vis-à-vis des directions aussi, “il faut capitaliser sur les circuits courts qui ont été créés durant la crise, incite-t-elle. C’est aussi en cela qu’il faut élargir la démarche T-REX”.

L’expérience de MSD “en miroir” des équipes hospitalières

“Durant la crise, nous avons eu des apprentissages en miroir des vôtres, témoigne Clarisse Lhoste, présidente de MSD France. Nous avons travaillé main dans la main avec les équipes hospitalières pour garantir la continuité des traitements. Nous avons connu par exemple une multiplication par douze des volumes sur un curare.” D’où la nécessité de redéployer les collaborateurs pour assurer une production H24, 7 jours sur 7. “En France, nous avons travaillé avec chacun d’entre vous dans les hôpitaux en fonction des quantités qui nous étaient allouées.” Pour Clarisse Lhoste, un apprentissage de la crise (durant laquelle ont été facilitées certaines importations) serait de simplifier la fabrication-distribution sur le volet conditionnement. “Pourquoi pas avec une boîte uniformisée pour l’Europe et une notice dématérialisée ?” Les essais cliniques auront aussi été maintenus et même accrus. “Il a fallu être agile et flexible, relève Laurence Garret, directrice des opérations cliniques. Un lien a été maintenu avec les patients pour la poursuite des traitements en cours et des inclusions de patients en impasse thérapeutique.” Dans un second temps a été initiée l’administration d’immunothérapie à domicile de patients volontaires, avec une équipe mobile de recherche clinique en lien avec les médecins coordinateurs.

T-REX part en régions

Pour Bénédicte Gourieux, “la communication active avec l’industrie et la recherche de solutions permanentes, tout ceci doit perdurer après la crise. Car nous avons su sortir des sentiers battus tout en préservant la sécurité du patient”. “Je pense que nous pouvons garder cette proximité dans des projets post-Covid”, confirme Clarisse Lhoste.
C’est bien l’objet de la suite du projet T-REX qui va continuer via des réunions à la rentrée dans six grandes régions pilotes grâce au soutien logistique de MSD. Plusieurs projets innovants seront analysés par région, en commençant par l’Occitanie-PACA le 13 octobre 2021. Mi-2022, sera publié un Livre blanc avec une série de propositions issues de ces REX et de cette recherche-action.

Lien : https://sfpc.eu/projet-t-rex-comment-preparer-le-monde-dapres-pour-les-equipes-pharmaceutiques-hospitalieres/


Qu’est-ce que le think tank “Thank Pharma” ?
La démarche Thank Pharma est née en 2019 d’une formation-action en management à destination des pharmaciens hospitaliers basée sur les retours d’expériences, explique Rémy Collomp. “Avec l’idée de se projeter en 2025 dans un contexte de forte intégration numérique et d’essor de thérapeutiques innovantes personnalisées.” D’une vision partagée entre collègues de différents établissements est partie l’idée de lancer un think tank intitulé Thank Pharma, misant sur l’intelligence collective avec enligne de mire des projets d’actions. D’où le projet T-REX, avec un premier volet destiné à capitaliser sur l’expérience Covid.