Iatrogénie : décloisonner ville et hôpital

2 min de lecture

Décision Santé – 18 novembre 2019

Pour les patients âgés et polymédiqués après le retour à domicile suite à une hospitalisation, les bilans partagés de médication avec les pharmaciens d’officine permettent d’optimiser les ordonnances.

Une collaboration entre l’équipe pharmaceutique en charge de l’unité d’hospitalisation de courte durée du service des urgences (UHCD) de Toulouse et les pharmacies d’officine, par l’intermédiaire du Réseau d’enseignement et d’innovation en pharmacie d’officine (Reipo), a été mise en place dans le cadre de l’amélioration du lien ville-hôpital. “Habituellement, les pharmaciens hospitaliers contactent les pharmaciens d’officine lors de la conciliation médicamenteuse d’entrée pour recueillir des informations et non pour en transmettre”, rappelle Soraya Qassemi en charge du Reipo. Désormais, grâce au repérage effectué par l’externe de l’UHCD, le Reipo propose d’aider les pharmaciens d’officine à la réalisation d’un bilan partagé de médication après l’épisode qui l’a mené aux urgences. “Un pharmacien hospitalier dédié à cet accompagnement peut se déplacer à l’officine pour assurer une formation à l’analyse pharmaceutique approfondie. L’objectif est d’optimiser les ordonnances de ces patients à fort risque d’iatrogénie médicamenteuse en concertation avec le médecin traitant, qui reste le coordonnateur de la prise en charge”, explique Destination Santé (édition abonnés).

Une étude a évalué l’impact de ce nouveau circuit d’information intra-hospitalier impliquant ville et hôpital chez les patients à risque iatrogène. Parmi les 51 officinaux contactés à propos de 53 patients, 84% ont déclaré être intéressés pour réaliser un bilan partagé de médication et 59% pour participer au tutorat proposé par le Reipo. Toutefois, au bout de cinq mois d’étude, 9,8% des officinaux s’étaient inscrits au programme. Par ailleurs, cette étude illustre bien combien l’optimisation des traitements chez les sujets âgés est cruciale et transversale : 40% des patients ont été réhospitalisés.