Rémy Collomp, chef de pôle Pharmacie et Stérilisation du CHU de Nice : “Des outils numériques d’aide à la décision émergent en pharmacie clinique”

4 min de lecture

Face à la multiplication des usages numériques en santé, de quels outils les pharmaciens de PUI ont-ils actuellement le plus besoin ? Eléments de réponses de Rémy Collomp, pharmacien gérant de la PUI du CHU de Nice, qui est fortement impliqué sur le sujet au sein de la Société française de pharmacie clinique (SFPC).

Le manque d’intégration des solutions numériques dans les outils métiers était un frein aux usages. Comment les choses évoluent-elles ?

Sur les sujets numériques/e-santé, la pharmacie a l’avantage d’avoir des structures professionnelles qui travaillent dans le même sens (Ordre, syndicats, sociétés savantes, CHU…). On peut distinguer trois grands volets dans nos besoins numériques : ce qui touche les systèmes d‘information (SI), l’exploitation des données et enfin l’e-santé. Sur le premier volet, on pense évidemment aux logiciels métier, au dossier pharmaceutique (DP), au DMP et au dossier patient informatisé (DPI) [Ndlr, voir notre article “Mon espace santé“]. Le gros enjeu actuel est en effet l’interopérabilité, impérative pour interconnecter tous les outils dont nous aurons besoin, en intra-hospitalier, à l’échelle GHT ou vers la ville.

Vous évoquez surtout l’émergence d’outils d’aide à la décision pour les pharmaciens hospitaliers afin de mieux cibler les cas à risque ?

Le numérique valorise et facilite en effet le rôle de pharmacien clinicien. Une dizaine de start-ups commencent à être connues et réalisent des choses très intéressantes. Je peux citer les exemples de Bimedoc ou Synapse Medicine sur la conciliation médicamenteuse. Sur le volet données, on voit effectivement des PUI s’équiper de systèmes d’aide à la décision. Pour optimiser nos analyses de pharmacie clinique, nous avons besoin d’informations croisées venant du DPI, des données de prescriptions, biologiques, cliniques… C’est tout l’intérêt de logiciels émergeants comme PharmIA, PharmaClass ou encore VIDAL Sentinel. Des algorithmes vont piocher les informations voulues dans les bonnes bases de données (BDD) en fonction du profil patient, voire de règles que le pharmacien affine, avec à la clé la détection de problématiques thérapeutiques ou cliniques, par exemple. L’autre avantage des algorithmes est de tourner en continu, ce qui peut éviter de différer une intervention pharmaceutique.

Peut-on parler de véritable intelligence artificielle apprenante ?

Certains hôpitaux nourrissent l’algorithme avec une BDD d’interventions pharmaceutiques, le logiciel apprenant alors ce qu’il doit détecter. Le modèle est très puissant, mais repose uniquement sur ce qui est déjà connu. Se posent par ailleurs des questions éthiques et de business model : l’algorithme tire-t-il surtout sa valeur des mécanismes élaborés par l’éditeur ou de son alimentation en contenu scientifique par les pharmaciens ? L’idéal serait de constituer de grandes BDD via le Health Data Hub. Nous rêvons d’un hôpital virtuel, un “bac à sable” de prescriptions pour tester des algorithmes. Il est aussi possible d’utiliser des entrepôts de données, comme ceux constitués à Rouen, à Grenoble…

N’oublions pas aussi nos besoins dans le médico-économique, par exemple sur le suivi des consommations médicamenteuses (et dispositifs médicaux) en lien avec les activités et les indications. Nos SI doivent permettre ce type de tâche qui sera à l’avenir beaucoup plus systématique.

Les pharmaciens se positionnent aussi de plus en plus sur le volet e-santé ?

En effet, par exemple à la SFPC, nous travaillons sur de bonnes pratiques de télésoins pour la fin de l’année. Des outils bien adaptés, mais aussi de nouvelles approches pharmaceutiques sont nécessaires, car les contraintes peuvent être très variables selon le profil des patients, les situations cliniques, l’intégration des officinaux dans un suivi, etc.

Par ailleurs, nous poussons la téléexpertise pharmaceutique, qui n’existe pas officiellement. Or, elle émergera avec l’essor de l’e-santé. Pourquoi n’aurais-je par recours à un collègue spécialisé en antibiothérapie par exemple ou à un officinal pointu en aromathérapie ? De la même façon, la télésurveillance reste l’apanage des infirmières et des médecins. Or, si un patient diabétique alimente une BDD de glycémie et posologie d’insuline, il serait logique que le pharmacien y ait accès…

Cet exemple soulève la question des objets connectés…

Oui, avec la problématique de la masse d’applis potentiellement disponibles ! Heureusement le marquage CE donne désormais des garanties minimales sur ces solutions. La bibliothèque d’applis de Mon espace santé sera aussi ici une garantie. En tout cas, ce type d’usage va très vite se multiplier pour les pharmaciens hospitaliers. Un exemple au CHU de Nice sur la santé environnementale : nous utilisons les données issues de capteurs individuels sur la qualité de l’air pour conseiller les femmes enceintes sur leurs trajets.

Nous travaillons sur ces sujets avec les sciences humaines et les sociologues pour cerner les craintes, comportements, croyances, les biais de compréhension des patients ou encore leur stress lié à la lecture de données en temps réel… L’utilisation éthique des données est compliquée. Au plan organisationnel, il y aura également un enjeu de recueil de données en vie réelle et de traçabilité pour valoriser certains parcours patient.

Comment jauger une “bonne solution” digitale ?

On nous présente de multiples solutions très intéressantes sur un segment donné : la conciliation, le contrôle des posologies, la pertinence, etc. Mais il faut surtout se poser la question de l’outil numérique le plus intégré possible qui répond à notre besoin ou à une organisation spécifique.

J’en profite pour évoquer l’observatoire qu’a lancé la Fédération hospitalière de France pour évaluer l’impact de l’intelligence artificielle sur les différents métiers de la santé. La grille est encore accessible. Participez, la démarche est extrêmement intéressante !

Propos recueillis par François Silvan

Participer à l’étude : https://www.iaetmetiersdelasante.fr/