Démarche inédite pour la gestion des stocks

2 min de lecture

Le Quotidien du Pharmacien – 28 avril 2020

Des ARS se sont associées à MaPUI Labs pour optimiser les stocks de médicaments.

Il s’agit notamment des molécules utilisées pour la prise en charge en réanimation des patients atteints du COVID-19 qui connaissent de fortes tensions d’approvisionnement. Raison pour laquelle l’achat et la répartition de cinq d’entre elles sont contrôlés par l’Etat depuis le 25 avril dernier. Les Agences régionales de Santé (ARS) sont chargées d’arrêter chaque semaine un plan de répartition des stocks de ces hypnotiques et curares. Pour ce faire, certaines “se sont associées les services de la start-up MaPUI Labs pour disposer d’une gestion centralisée des besoins en spécialités dites COVID-19”, rapporte Le Quotidien du Pharmacien (édition abonnés). La plateforme a développé, à cette fin, un outil de recueil des stocks des établissements pour simplifier les remontées du terrain. Chaque jour, les PUI y importent leurs stocks et leurs consommations, données qui sont ensuite envoyées en temps réel aux ARS. Ces dernières peuvent ainsi piloter la répartition des médicaments sur leur région. Cela concerne les spécialités de réanimation en tension, mais pas seulement.

Ainsi, dès le mois de mars, l’ARS Ile-de-France avait mis en place un système de “dépannage” en médicaments critiques entre pharmacies d’hôpitaux basé sur la plateforme développée par MaPUI Labs, mise à disposition gratuitement. La saisie quotidienne des stocks et consommations permet de générer automatiquement des alertes. Un établissement en difficulté peut dès lors être mis en relation avec un établissement disposant de stocks un peu plus étendus. “Pendant le mois d’avril, on compte près d’une centaine de mises en relation chaque jour pour un dépannage de médicaments ou, plus rarement, de dispositifs médicaux”, précise l’ARS sur son site.